Émotions et sagesse

Assise émotion sagesse
Assise émotion sagesse

L’émotion est une occasion d’éveil

J : Est-ce que tu peux nous parler des émotions, par exemple comment faire quand elle deviennent trop fortes ?
Il y a un poème de René Char qui dit « On ne questionne pas un homme ému …
« 

Pascal-Olivier Kyōsei Reynaud : Oui effectivement, quand on est pris par l’émotion, notre langage s’arrête.

Dès que l’on peut parler de son émotion, on n’est plus dans l’émotion, on n’est plus prit par l’émotion. Lorsque l’on est ému, lorsque l’on est bouleversé, il n’y a plus de mots, c’est après, quand l’émotion est apaisée que l’on peut en parler.

Il est important de ressentir ses émotions. C’est vraiment heureux d’avoir cette capacité de ressentir toute la gamme des émotions et de pouvoir être envahis par des émotions.

Il est complètement naturel et normal de ressentir des émotions. Nous sommes des êtres subjectifs et il y a beaucoup de choses qui nous émeuvent, les émotions sont au centre de notre manière d’appréhender et d’être au monde.

Le point important est de ne pas en dépendre, de ne pas être prisonnier ni attaché aux émotions.

Les émotions sont à intégrer dans notre connaissance sur nous même, sur notre relation auxs autres, à notre environnement, en fait il y a une sagesse des émotions.

Cela fait partit du chemin spirituel que de voir profondément et de comprendre ce qui se vit, chaque situation vécue est éclairante sur nous-même et particulièrement lorsqu’il y a des émotions.

Tout d’abords, il ne faut pas les refuser en croyant qu’il faudrait être sans émotions ou bien que de ressentir des émotions c’est négatif ou que ça devrait être combattu.

La sagesse ce n’est pas l’insensibilité

En toute chose la sagesse est nécessaire et s’il y a un problème, il n’est pas dans ce qui nous arrive mais comment nous le vivons. Si nous accueillons ce qui apparait et qu’également nous nous accueillons dans le vécu de la situation, alors il est possible de vivre pleinement chaque évènement et de créer de la sagesse à partir de ce que la vie nous propose à chaque instant.

Par la méditation nous allons au bout de nos constructions et attachements et réalisons la réalité fondamentale de l’existence qui est insaisissable.

Cela est possible lorsque le corps, le cœur et l’esprit sont pacifiés et que nous ne sommes plus totalement identifiés à ce corps, cet esprit, ces pensées, ces émotions.

Nous pouvons être sereins et paisibles dans l’ouverture et la sensibilité. Il est inutile et même dangereux de refuser les émotions, de croire qu’être indifférent est une solution, de vouloir se caparaçonner ou de vouloir construire une armure parce que on aurait peur de les vivre.

Dans la méditation on ne refuse rien et on ne recherche rien, mais on voit clairement ce qui est à chaque instant, en tout cas le plus clairement possible.

C’est important de rester sensible et de recevoir le message de l’émotion, car une émotion indique quelque chose qu’il nous faut entendre, comprendre.

Une forte émotion peut créer une faille dans notre système de croyance et remettre en question la personne que l’on pense être.

Par exemple, si on pense être libre par rapport aux émotions ou dans une certaine maitrise et puis un évènement de la vie va nous confronter à l’illusion de cette croyance en nous faisant vivre peut-être une émotion, en étant vraiment bouleversé. Un jour cette pensée que l’on maitrise ses émotions s’écroule d’elle-même. Mais on a besoin parfois de croire que l’on maitrise quelque chose.

Une grande occasion d’éveil c’est de réaliser que l’on ne maitrise rien et de l’accepter totalement. Ainsi réaliser que l’on ne maitrise rien ne débouche pas sur la souffrance ou le sentiment d’être perdu, mais que ça a du sens et cette prise de conscience ouvre à une manière d’être au monde plus réelle, authentique et profonde.

Ne refusez pas les émotions, mais n’en soyez pas dépendants. Tout ce qui nous arrive est occasion d’éveil et de libération.

Il y a aussi des émotions joyeuses, il y a des émotions de joie et de bonheur, il n’y a pas que les émotions de tristesse et de souffrance…

J : Quand on a le silence, justement, si on avait continué à parler on aurait pu éclater, peut-être. Et si on ne parle pas c’est qu’on se recentre, justement. On revient à la respiration, … au zazen…

P-O K R : Oui, on a besoin d’expérimenter la fin de nos langages, de cette capacité à parler constamment, à se raconter constamment.

La méditation permet à chacun de  réaliser réellement cela. C’est une vraie révolution pour un être humain de vivre également dans le silence de sa propre parole.

Certainement René Char a beaucoup écrit là-dessus.

J : J’adore !

P-O K R : Je ne connais pas toute son œuvre, le peu que j’ai lu il me semble qu’il parle de ça, … du silence.

Merci.

Mondō (question-réponse) avec Pascal-Olivier Kyōsei Reynaud

Crédit photo : Unsplash

Les émotions…

L’émotion est une réaction affective plus ou moins forte, qui apparaît suite à un événement ou dans le vécu d’une situation particulière.

Constamment des émotions sont ressenties de manière agréable, désagréable ou neutre.

En soit les émotions ne sont ni positives, ni négatives, chaque émotion est légitime et nous informe sur notre vécu.

Suivant les études psychologique, elles sont généralement regroupées sous ces six premières catégories : la joie, la colère, la peur, la tristesse, la surprise, le dégoût, qui chacune débouche sur son ensemble d’émotions dites secondaires.

Laisser un commentaire