Archives par étiquette : Sagesse

Les trois qualités d’un responsable selon Dōgen Zenji

Les enseignements du zen et l’étude de la vie des maîtres sont une grande aide pour ceux qui prennent le temps de s’y pencher. Par leur lecture, c’est l’occasion de questionner notre pratique pour les intégrer réellement dans notre vie quotidienne.

Extrait du Tenzo Kyōkun de Maître Dōgen :

sur les trois qualités requises par un responsable

Dogen-Zenji, les trois qualités d'un responsable

Dogen-Zenji

« … La fonction du chef ou du responsable, quel que soit le domaine de l’activité, y compris celle de cuisinier requiert trois qualités : la joie de vivre, la bienveillance et la grandeur d’esprit.

La joie de vivre signifie que vous êtes heureux d’accomplir votre tâche. Songer que si vous étiez né dans le Royaume des Dieux, vous seriez accaparé par tant de divertissements et de plaisirs que vous n’auriez ni le temps ni l’occasion de susciter en vous l’esprit d’éveil et encore moins de pratiquer. Vous n’auriez même pas l’opportunité de préparer la nourriture que vous offrez aux Trois Trésors, alors qu’ils sont le bien le plus précieux de l’univers ! Les Trois Trésors sont insurpassables en excellence, ni le roi des dieux ni le souverain du monde ne leur sont comparables. Le règlement des monastères dit au sujet des moines : « Respectés et honorés, ils vivent paisiblement à l’écart des affaires du monde ; n’étant pas souillés par la création d’objets de pensée, ils sont l’excellence de l’humanité. » Continuer la lecture

Instructions au cuisinier zen

Instructions au cuisinier zen suivi de Propos de cuisiniers

Dōgen - Instructions au cuisinier zen

Dōgen – Instructions au cuisinier zen

(Tenzo Kyōkun)
Trad. du japonais non signée
Textes extraits d’Instructions au cuisinier zen (1994)
Collection Folio Sagesses (n° 5950), Gallimard
Parution : 13-05-2015
ISBN : 9782070463206

Maître Dōgen

Instruction au cuisinier zen a été écrit en 1237 par Maître Dōgen, maître zen et fondateur de l’école zen soto au Japon.
Maître Dōgen explique dans cet ouvrage le comportement que doit avoir le cuisinier, le Tenzo, dans un temple zen. Continuer la lecture

Shigu seigan mon – Les quatre voeux

Le shigu seigan mon se chante en gasshō

Le shigu seigan mon se chante en gasshō, mains jointes

Le Shigu seigan mon expriment les vœux de base du bodhisattva :

réaliser la Voie du Bouddha, qui est éveil, pour libérer de la souffrance tous les êtres vivants, éclairer et se libérer de ses illusions en pratiquant les enseignements du Bouddha.

Bodhisattva : littér. : l’être qui s’éveille.

Par sa pratique et son action éclairée le bodhisattva aide toutes les existences à se libérer de la souffrance et à réaliser l’éveil.

Les quatre voeux

Si nombreux que soient les êtres, je fais vœu de les sauver tous.
Si nombreuses que soient les passions, je fais vœu de les vaincre toutes.
Si nombreux que soient les Dharma, je fais vœu de les acquérir tous.
Si parfaite que soit la voie du Bouddha, je fais vœu de la réaliser.

SHIGU SEIGAN MON

Shujō muhen sei gan do
Bon-nõ mujin sei gan dan
Hõ mon muryô sei gan gaku
Butsu dõ mujõ sei gan jõ.

Dans la sangha de Maître Yuno Rech nous chantons le Shigu seigan mon juste après le Maka Hannya Haramita Shingyō

Maka Hannya Haramita Shingyō

Essence du sūtra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà

Maka Hannya Haramita Shingyō - Le sutra du Coeur

Maka Hannya Haramita Shingyō – Le sutra du Coeur

Présentation rapide : Le Maka Hannya Haramita Shingyō est un des sūtra les plus important du Bouddhisme Mahayana dont il exprime le cœur des enseignements. C’est l’essence des enseignements bouddhistes résumé en 262 idéogrammes chinois, il est également appelé le sūtra du Cœur.

Chaque jour après la méditation et au cours des cérémonies ce soūtra est chanté dans les temples et les dojos zen. Continuer la lecture