Retraite zen en 2018 au Hameau de Lacan - petit autel

Deuxième retraite bouddhiste zen à Lacan

Sesshin zen à Lacan 2éme édition Narbonnaise et ordinations bouddhiste zen

Retraite zen à Lacan en 2018 - Le petit autel du réfectoire

Retraite zen à Lacan en 2018 – Le petit autel du réfectoire

Vu le succès de la première sesshin zen à Lacan en 2017, première retraite bouddhiste zen (sesshin) organisée par le dojo de Narbonne avec Pascal-Olivier en tant que kyōshi, il était évident qu’il y aurait une 2ème édition.

Pour moi, elle a commencé le vendredi soir car je suis parti directement du travail pour le hameau de Lacan.

Je suis arrivé quand la cloche du dernier zazen de la journée sonnait.
J’ai mis mon kimono aussi vite qu’un pompier se met en tenu pour partir en intervention et je me suis retrouvé assis en zazen dans le silence total après une journée bruyante dans un bureau où le téléphone sonne toute la journée.

Le contraste était énorme, difficile de laisser passer ses pensées dans ces conditions, et pourtant le silence du dojo et l’immobilité des pratiquants ont fini par faire leur effet.

Une courte discussion avec les collègues Narbonnais à l’accueil toujours chaleureux, et c’était parti pour une courte nuit.

Retraite zen en 2018 au Hameau de Lacan - méditation assise

Retraite zen en 2018 au Hameau de Lacan – méditation assise

Samedi : journée pluvieuse, l’endroit était paisible : un hameau perdu dans la montagne avec comme seuls occupants une vingtaine de pratiquants inspirants le calme et la concentration.

Les zazen se sont enchainés avec fluidité, les enseignements (kusen) étaient directs et clairs : en résumé il fallait « penser du tréfonds de la non-pensée », on va essayer !

Evidement mon esprit agité avait tendance à se laisser entraîner dans des réflexions de la plus haute importance … comme mon Cuba-libre habituel … que je n’aurais pas à l’apéro ce soir, entre autre…

L’après-midi j’étais kyosaku-man, rien d’insurmontable jusque-là, je l’avais déjà fait, hormis l’arrivée d’une araignée format XXL à côté de V. qui a des relations difficiles avec ce genre de créature. Il a fallu évacuer l’intruse (l’araignée) après avoir donné le kyosaku à ceux qui le demandait. Un bol placé sous un petit bouddha et une feuille de sutras ont fait l’affaire. Seul Pascal-Olivier avait compris le potentiel d’agitation de la situation.

Après le zazen du samedi soir, l’ambiance était festive, c’était le soir du pot : tradition très suivi par le pratiquant Narbonnais qui ne faibli jamais devant un cubi de rouge bio local ou une bière.
Une petite cigarette avec E. et G. pour finir la journée, ça y est ! … on a encore oublié le précepte « ne pas s’intoxiquer » … bon, … on en a respecté 9 sur 10, … ça fait une bonne moyenne.

Retraite zen en 2018 au Hameau de Lacan - les nouveaux Bodhisattva

Retraite zen en 2018 au Hameau de Lacan – les nouveaux Bodhisattva

Dimanche avait lieu la cérémonie d’ordination pour trois nouveaux Bodhisattva. Le soleil était revenu, les répétitions ont été faites, la cérémonie s’est déroulée sans accrocs, tout le monde semblait bien concentré dans l’instant présent.

Quelques parents étaient venus pour assister à l’ordination de leurs proches. Je me suis quand même demandé comment la cérémonie pouvait être ressentie par des non pratiquants. Par certains aspects, cette cérémonie doit sembler bien éloignée de la culture européenne. Pour en avoir parlé avec les visiteurs, j’ai compris qu’ils avaient été préparés et savaient à quoi s’attendre.

Ce qui visiblement a plu à tout le monde, c’est que la cérémonie a été suivie par un court zazen auquel les proches des nouveaux ordonnés ont pu participer et être en contact direct avec la pratique.

Le dernier repas a eu lieu dehors, j’aidais le service comme pour le reste de la sesshin, le travail a été fait dans la concentration, mais aussi avec une bonne dose d’humour…

Après ce repas le moment était venu de faire le ménage et de ranger le matériel dans le camion de B. Je crois qu’on a été assez efficace, tout a été remballé avec une précision toute japonaise…
Ça nous a laissé le temps pour partager une dernière bière à la porte du camion, avant de rentrer chez nous. En bref c’était une sesshin où régnait une atmosphère de concentration tranquille et joyeuse.

La suite l’année prochaine.

L J.

Les mots du zen de cet article :

  • Sesshin : période de pratique communautaire sur plusieurs jours
  • Kyōshi 教師kyō 教 veut dire enseigner, shi 師 maître
  • Dōjō 道場 : Dō 道 signifie la Voie et Jō 場 le lieu
  • Kyosaku : Bâton d’éveil ou bâton d’encouragement. Utilisé pour frapper les épaules pendant le zazen, pour aider à surmonter la fatigue ou lâcher la dispersion mentale
  • Kyosaku-man : la personne désignée pour donner le Kyosaku
  • Bodhisattva: être d’éveil, celui qui aide les êtres sensibles à s’éveiller en suivant la Voie du Bouddha
  • Kusen : enseignement oral

Les témoignages :
Imprimer

Partager FacebookFacebook